Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - Le fil des copains et des coquins - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Ca fait mal ce recasage. On rêverait tellement de les voir trouver des postes à hauteur de leurs compétences réelles....

En revanche on ne sait pas d'où sort le "106 fois" (sauf à comparer une rémunération annuelle à un Smic mensuel).

2

Prime à l’incompétence. La vie est belle.

Capital a écrit:

Harlem Désir : 122.195 euros de rémunération, 0 euro d’impôt

Représentant pour la liberté des médias au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l’ex président de SOS Racisme touchera 122.195 euros net par an, non imposable.

La reconversion n’a pas été difficile pour l’ancien secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes de François Hollande. Il vient de se voir confier le job de représentant pour la liberté des médias au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). A ce titre, Harlem Désir va toucher 122.195 euros net par an, selon le quotidien l’Opinion. Surtout, ce montant n’est pas imposable. L’intégralité de cette somme atterrit donc dans sa poche.

"Les dirigeants des trois Institutions de l’OSCE (le responsable du Bureau des Institutions démocratiques et des droits de l’homme, le représentant pour la liberté des médias et la Haute Commissaire pour les minorités nationales) ont ainsi un rang et un salaire comparables à ceux de sous-secrétaire général des Nations Unies" explique le quotidien. L’OSCE précise que l’emploi de représentant pour la liberté des médias est un "plein-temps”. 106 fois le Smic non imposable, il fallait le faire.

http://www.capital.fr/economie-politiqu … ot-1238426

3

Ouf, Royal recasée.
Elle se rocardise.

Valeurs actuelles a écrit:

Ségolène Royal déjà recasée par Emmanuel Macron

Fonte des glaces. Selon le Canard enchaîné, Emmanuel Macron aurait décidé de nommer Ségolène Royal ambassadrice pour les pôles.

C'est une nomination qui ne s'invente pas. Selon les informations du Canard enchaîné à paraître mercredi 21 juin, Emmanuel Macron a pensé à Ségolène Royal après avoir refusé qu'elle fasse partie du gouvernement Philippe. L'ancienne ministre de l'Environnement devrait échouer... ambassadrice de France chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique.

Après Rocard

En 2009, Michel Rocard, autre grande figure du socialisme français, avait également atterri à ce poste. Bernard Kouchner, alors ministre des Affaires étrangères, l'avait nommé dans le cadre de l'ouverture chère à Nicolas Sarkozy. L'ancien Premier ministre de François Mitterand était resté à ce poste jusqu'à sa mort en 2016.

https://www.valeursactuelles.com/politi … cron-85138

4

Barney a écrit:

Mépris parce que qui peut croire qu'Azoulay et la France peuvent préparer cette candidature en un mois pour une organisation qu'elle connait mal, dont les ressorts politiques sont complexes dans un milieu qui lui échappe. Azoulay n'est pas diplomate de carrière, elle vient du monde de l'audiovisuel. Elle aura face à elle des diplomates qui représentent leurs pays à l'UNESCO depuis des années, voire dans le cas de la Chine des personnes travaillant déjà à haut niveau pour l'UNESCO. Mépris aussi parce que ça donne l'impression que ce genre de poste est acquis au personnel politique sortant, là où en définitive le CV d'Azoulay n'est pas très impressionnant par rapport à celui des autres candidats.

Méconnaissance parce que cette affaire n'a vraiment pas beaucoup de chances d'aboutir je pense. Globalement ces postes dans les OI c'est du marchandage, de la vente de tapis. Il faut faire la tournée des popotes des différents groupes d'Etats, des ambassadeurs les plus influents, des sous-directeurs actuels, etc. C'est énormément de gens à rassurer, bichonner, et généralement la phase de bichonnage n'est possible qu'une fois que tu as un projet solidement arrêté pour ton futur mandat à la tête de l'organisation concernée, ce qu'elle n'a pas. Du coup on va mettre des rédacteurs sur le coup au ministère de la culture et au quai d'Orsay, ils vont travailler dans l'urgence donc forcément saccager le taf, et ça n'aboutira probablement à rien.

Merci smile

5

Mépris parce que qui peut croire qu'Azoulay et la France peuvent préparer cette candidature en un mois pour une organisation qu'elle connait mal, dont les ressorts politiques sont complexes dans un milieu qui lui échappe. Azoulay n'est pas diplomate de carrière, elle vient du monde de l'audiovisuel. Elle aura face à elle des diplomates qui représentent leurs pays à l'UNESCO depuis des années, voire dans le cas de la Chine des personnes travaillant déjà à haut niveau pour l'UNESCO. Mépris aussi parce que ça donne l'impression que ce genre de poste est acquis au personnel politique sortant, là où en définitive le CV d'Azoulay n'est pas très impressionnant par rapport à celui des autres candidats.

Méconnaissance parce que cette affaire n'a vraiment pas beaucoup de chances d'aboutir je pense. Globalement ces postes dans les OI c'est du marchandage, de la vente de tapis. Il faut faire la tournée des popotes des différents groupes d'Etats, des ambassadeurs les plus influents, des sous-directeurs actuels, etc. C'est énormément de gens à rassurer, bichonner, et généralement la phase de bichonnage n'est possible qu'une fois que tu as un projet solidement arrêté pour ton futur mandat à la tête de l'organisation concernée, ce qu'elle n'a pas. Du coup on va mettre des rédacteurs sur le coup au ministère de la culture et au quai d'Orsay, ils vont travailler dans l'urgence donc forcément saccager le taf, et ça n'aboutira probablement à rien.

6

Barney a écrit:

Décision débile, très peu de chance d'aboutir et une méconnaissance/mépris des organisations multilatérales. Après l'échec de Douste Blazy à l'OMS et de Ségolène aux Nations Unies, on aurait pu imaginer qu'ils aient appris, mais visiblement non.

Salut Barney,

Au-delà du fait que je n'approuve pas ces recasages, tu peux expliciter ce que tu entends par la partie que j'ai mise en gras stp ? Enfin surtout comment fonctionne les organisations internationales multilatérales sur ce point stp ?

Pourquoi méconnaissance / mépris ? Parce que c'est fait au dernier moment et que c'est pour recaser j'imagine ? C'est quoi le processus normal en fait ?

7

Décision débile, très peu de chance d'aboutir et une méconnaissance/mépris des organisations multilatérales. Après l'échec de Douste Blazy à l'OMS et de Ségolène aux Nations Unies, on aurait pu imaginer qu'ils aient appris, mais visiblement non.

8

Un dernier recasage de Flanby, pour la route.

Le Figaro a écrit:

L'Élysée pousse Audrey Azoulay à la direction de l'Unesco


INFO LE FIGARO - Cette candidature de dernière minute suscite les plus grandes réserves de nombreux diplomates.

L'Élysée aurait proposé la candidature de la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, à la direction de l'Unesco à Paris.

«C'est une candidature de dernière minute qui a été imposée par l'Élysée», confie au Figaro un diplomate à Paris. «Et ce, alors même que beaucoup de mises en garde ont été faites contre une telle candidature qui va soulever des passions à l'Unesco», ajoute-t-il.

Neuf candidats sont déjà en lice pour succéder à la Bulgare Irina Bokova dont le mandat expire cette année. Parmi ceux-ci, quatre sont issus du monde arabe (un Qatarien, un Égyptien et une Libanaise notamment). «Les pays arabes veulent ce poste, rappelle notre source, cette candidature va créer une tempête. Ils vont interpréter les paramètres de cette candidature comme une invraisemblable provocation».

L'Unesco est régulièrement le théâtre d'affrontements sur des questions épineuses comme Jérusalem, la ville sainte revendiquée comme leur capitale par Israël et les Palestiniens.

http://www.lefigaro.fr/international/20 … unesco.php

9

HAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Le Monde a écrit:

Thierry Lepaon va être nommé délégué interministériel à la langue française

Deux ans après avoir été obligé de démissionner, le 7 janvier 2015, de son poste de secrétaire général de la CGT, à la suite d’affaires mettant en cause son train de vie, Thierry Lepaon va pouvoir entamer une nouvelle vie. Mardi 14 février, il devrait être nommé président de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), en remplacement de Marie-Thérèse Geoffroy, qui la présidait depuis 2012.

A cette fonction (bénévole), la République, bonne fille, ajoute une cerise sur le gâteau : mercredi 15 février, M. Lepaon sera nommé, en conseil des ministres, délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale auprès du premier ministre. Une nomination qui intervient plus tard que prévu car elle n’a pas fait l’unanimité au sein du gouvernement, certains ministres ne le jugeant pas politiquement opportune.

Depuis son départ forcé de la direction de la CGT – à la suite de travaux d’aménagement de son logement de fonction à Vincennes (Val-de-Marne), pour lesquels la centrale l’a ensuite « blanchi » en reprenant sa ligne de défense, et dans son bureau au siège de la confédération à Montreuil (Seine-Saint-Denis) –, M. Lepaon rêvait de s’investir dans la lutte contre l’illettrisme, « une question de civilisation et de citoyenneté », selon sa formule.

Une première mission en 2015

En 1996, il avait écrit un rapport sur le sujet pour le Conseil économique et social régional de Basse-Normandie avant d’apporter son concours à des travaux sur « l’illettrisme et l’emploi » pour le Conseil d’orientation pour l’emploi. En 2015, il avait participé à une première mission pendant un an à la demande de Manuel Valls qui voulait que cette action se situe dans le prolongement des attentats du mois de janvier, la maîtrise de la langue étant « indispensable à l’exercice de la citoyenneté ». Le premier ministre l’avait ensuite chargé d’une « mission de préfiguration en vue de créer une Agence de la langue française pour la cohésion sociale ». Le 29 novembre 2016, l’ancien secrétaire général de la CGT avait remis un rapport de 155 pages à M. Valls qui a esquissé les contours de la politique qu’il va être chargé de mettre en œuvre.

Le délégué interministériel, qui s’appuiera sur un réseau de délégués régionaux, « apportera son concours à la définition et à la mise en œuvre des politiques favorisant l’accès de tous à la lecture, à l’écriture et à la maîtrise de la langue française, en complément des actions de formation linguistique conduites dans le cadre de la politique d’accueil et d’accompagnement des étrangers ». Il devra favoriser « les partenariats entre l’Etat et les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, les établissements publics et le secteur associatif », promouvoir et soutenir des actions de prévention de l’illettrisme.

Trois millions d’adultes en situation d’illettrisme

Selon les derniers chiffres, environ 6 millions de personnes, soit près de 10 % de la population, n’ont pas un accès satisfaisant à la langue française : 3 millions d’adultes sont en situation d’illettrisme et 3 millions ont des difficultés avec la langue française. Sont ainsi concernés par la politique qui va être mis en œuvre 10 % des demandeurs d’emploi, des jeunes sortis du système scolaire sans qualification, des allocataires de minima sociaux et des Français en Outre-Mer. Ainsi environ 15 % des usagers potentiels des services publics ne touchent pas les allocations auxquelles ils auraient droit parce qu’ils ne se sentent pas capables de remplir des formulaires de demandes qu’ils n’arrivent pas à déchiffrer.

Le gouvernement estime qu’avec l’arrivée de nouvelles générations mieux formées, le taux d’illettrisme devrait passer mécaniquement, d’ici à 2025, de 7 % à 5,4 % de la population. A cet horizon, et selon les travaux de France Stratégie, « une politique ambitieuse et volontariste devrait viser un taux de 3,5 % pour tous les adultes en situation d’illettrisme ». Pour atteindre cet objectif, les besoins supplémentaires en financement ont été estimés à 50 millions d’euros par an. Le délégué interministériel devra donc préparer un plan pluriannuel de lutte contre l’illettrisme et pour la maîtrise de la langue française et l’acquisition des savoirs de base.

Depuis huit mois, M. Lepaon n’est plus salarié de la CGT (4 000 euros par mois avec un treizième mois) et se trouve donc rémunéré par les services du premier ministre. Compte tenu de la proximité de l’élection présidentielle, son nouveau poste va ressembler à un contrat à durée déterminée pouvant être remis en cause en mai par le futur gouvernement. Mais l’ancien secrétaire général de la CGT se montre serein : « Le projet gardera sa pertinence quel que soit le premier ministre demain ».

http://social.blog.lemonde.fr/2017/02/1 … francaise/

10

Greg a écrit:

Ca me fait toujours sourire ces indignations quand les Autorités exécutives exercent un droit légal, prévu par les textes, de nommer X ou Y à certains posts. Il y a un "truc" qui s'appelle "le tour extérieur" et qui permet effectivement de nommer des personnalités au Conseil d'Etat ou à la Cour des Comptes. Si l'on est contre, il faut supprimer les textes qui organisent cela, point barre. Je ne crois pas avoir entendu à ce stade qui que ce soit proposer cela.

En vrai, c'est une indignation qui provient originellement des syndicats, qui ne supportent pas qu'il y ait d'autres modalités d'accès à ces emplois que les mécanismes traditionnels qui, pour être moins intuitu personæ, n'en présentent pas également d'autres faiblesses largement analysées par ailleurs... Le Tour extérieur a pourtant une utilité : diversifier la provenance des Juges pour éviter une forme de sclérose intrinsèque aux mécanismes de mono-recrutement.

Je ne suis pas a priori contre le fait qu'on supprime ces pratiques, mais en l’occurrence, comme déjà dit, je n'entends personne le proposer. Ca viendra peut-être, qui sait.

Le tour extérieur est très bien lorsqu'il te permet de nommer un mec qui dispose de compétences évidentes sur les missions de administration concernée sans l'obliger à passer un concours.

Mais là, qu'est-ce qui justifie dans le CV du bonhomme qu'il termine à la Cour des Comptes ?

11

Greg a écrit:

Si l'on est contre, il faut supprimer les textes qui organisent cela, point barre. J

Oui.

12

Ca me fait toujours sourire ces indignations quand les Autorités exécutives exercent un droit légal, prévu par les textes, de nommer X ou Y à certains posts. Il y a un "truc" qui s'appelle "le tour extérieur" et qui permet effectivement de nommer des personnalités au Conseil d'Etat ou à la Cour des Comptes. Si l'on est contre, il faut supprimer les textes qui organisent cela, point barre. Je ne crois pas avoir entendu à ce stade qui que ce soit proposer cela.

En vrai, c'est une indignation qui provient originellement des syndicats, qui ne supportent pas qu'il y ait d'autres modalités d'accès à ces emplois que les mécanismes traditionnels qui, pour être moins intuitu personæ, n'en présentent pas également d'autres faiblesses largement analysées par ailleurs... Le Tour extérieur a pourtant une utilité : diversifier la provenance des Juges pour éviter une forme de sclérose intrinsèque aux mécanismes de mono-recrutement.

Je ne suis pas a priori contre le fait qu'on supprime ces pratiques, mais en l’occurrence, comme déjà dit, je n'entends personne le proposer. Ca viendra peut-être, qui sait.

13

Le Point a écrit:

Vincent Feltesse recasé à la Cour des comptes
Le conseiller politique de François Hollande a été nommé aujourd'hui à la Cour des comptes. Faute d'avoir obtenu une investiture pour les législatives.

Vincent Feltesse, 49 ans, conseiller du président de la République pour les relations avec les parlementaires et les élus, est nommé ce mercredi en conseil des ministres conseiller maître à la Cour des comptes.

Feltesse, souvent présenté comme un surdoué de la politique, avait en charge la campagne numérique du futur chef de l'État en 2012. Il était prévu qu'il joue un rôle majeur en 2017 aux côtés de Gaspard Gantzer pour la réélection de François Hollande, mais le renoncement du président de la République a laissé Feltesse sans aucune perspective de carrière. D'autant que ses perspectives pour devenir député s'avèrent très aléatoires. Vincent Feltesse a tenté de s'imposer à Bordeaux, où il est élu régional après avoir été battu à plate couture en 2015 par Alain Juppé, mais il a été rejeté par ses camarades lorsqu'il a sollicité leurs suffrages pour l'investiture aux législatives de l'année prochaine.

Diplômé de HEC, Feltesse devrait être rémunéré plus qu'un débutant à la Cour des comptes, qui perçoit 4 200 euros net mensuel, mais un peu moins que les 9 250 euros des conseillers en fin de carrière. Vincent Feltesse fut par ailleurs la plume du général Marcel Bigeard.

http://www.lepoint.fr/politique/vincent … 073_20.php

14

La République exemplaire, épisode 5028576830.

Le Figaro a écrit:

Le recasage d'un proche de Marisol Touraine soulève une bronca

La ministre de la Santé affronte la colère de l'administration de l'institut de cancérologie Gustave-Roussy pour avoir essayé de forcer la nomination de Frédéric Varnier au poste de directeur général adjoint.

Une fin de mandat, surtout quand le président sortant ne se représente pas, c'est souvent la perspective du chômage qui se profile pour les collaborateurs d'un gouvernement. Les ministres consciencieux essaient donc parfois de profiter de leurs derniers mois aux responsabilités pour chercher des débouchés à ceux qui les ont servis, des recasages qui ne manquent jamais de soulever de vives critiques. La ministre de la Santé Marisol Touraine en a récemment fait l'expérience, comme le relate Le Parisien ce mercredi 7 décembre. La ministre a souhaité voir nommer un conseiller de son cabinet à un poste de directeur adjoint de l'institut Gustave-Roussy (IGR), dans le Val-de-Marne.

Fleuron européen de la recherche contre le cancer, cet établissement de prestige pourrait ainsi être dirigé par Frédéric Varnier, ancien inspecteur des finances. Une proposition qui s'est pourtant heurtée à l'opposition du patron de l'institut en question, Alexander Eggermont. Un avis outrepassé par Marisol Touraine qui a directement demandé au Préfet, président du conseil d'administration de l'établissement de convoquer un conseil d'administration extraordinaire le 14 décembre prochain pour entériner la décision. Frédéric Varnier bénéficierait ainsi d'un jeu de chaises musicales en remplaçant Charles Guépratte, opportunément transféré au CHU de Nice en août dernier. Une nomination si ardemment souhaitée que la ministre a rédigé par avance l'arrêté ministériel de nomination, explique le quotidien.

Si ce genre de nomination se fait bien par un arrêté du ministre, l'usage veut que le directeur de l'IGR choisisse généralement lui-même ses adjoints. L'ingérence de Marisol Touraine dans cette affaire ne manque de soulever l'indignation au sein de l'établissement. Le ministère de la Santé explique que c'est le ministre qui nomme le directeur général adjoint de l'IGR, après avis (consultatif) du conseil d'administration, et soutient que «Frédéric Varnier faisait partie des candidats présélectionnés par le directeur général de l'IGR». Une version fermement contestée dans l'établissement concerné.

Une pratique courante sous François Hollande

Marisol Touraine n'est pas la seule à essayer de dépanner son entourage, Ségolène Royal, elle aussi, est inquiète pour l'avenir de ses collaborateurs. Au mois de novembre dernier, la dame du Poitou a ouvert les portes de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) à son ancien conseiller budgétaire Noam Léandri. Le poste de secrétaire général avait été laissé vacant pendant plusieurs mois pour préparer ce recasage. Elle a par ailleurs imposé son ancienne directrice de cabinet Elisabeth Borne à la direction de la RATP en 2015 .

Si ces arrangements semblent tout à fait contraires à l'esprit de la République exemplaire promise par François Hollande, ce n'est pas la première fois que les cercles du pouvoir en place sont épinglés pour de telles pratiques. En ce qui concerne la présidence de la République, on retiendra notamment le placement de l'ancien secrétaire général de l'Élysée Pierre-René Lemas à la Caisse des dépôts et consignations, celui de l'ex-ministre Marie-Arlette Carlotti à la présidence du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées ou encore la promotion de Sylvie Hubac, ancienne directrice de cabinet de Hollande, à la tête de la RMN-Grand Palais. Mais l'Élysée n'est pas seule à accorder ce genre de faveurs: Manuel Valls et Laurent Fabius ont également été épinglés pour des faits similaires au cours du quinquennat.

http://www.lefigaro.fr/politique/2016/1 … bronca.php

15

Sans commentaires...

Le Point a écrit:

Élections législatives et sénatoriales : sauve-qui-peut au PS
Rue de Solférino, le grand jeu des chaises musicales pour se recaser après la présidentielle a commencé. Une foire d'empoigne qui fait déjà pas mal de dégâts.

Au PS, ils se sont baptisés les « poètes ». Ils représentent chacun un courant ou un sous-courant du Parti socialiste, et ferraillent dans les commissions électorales pour défendre les candidats de leur camp. En ligne de mire, l'après-présidentielle, que presque tout le monde ici s'attend à vivre comme une défaite. « C'est le sauve-qui-peut », rapporte, effaré, l'un des poètes de Solférino. Car il faut placer les copains, les amis du pouvoir et les proches des grandes figures dans les quelques circonscriptions qui peuvent être sauvées. Quitte à pousser dehors les gêneurs.

La dernière victime s'appelle David Assouline. Le sénateur de Paris a été écarté, mercredi soir en commission électorale, de la liste de Paris aux prochaines sénatoriales. Gros bosseur, il n'a pas grand-chose à se reprocher, sauf peut-être d'avoir navigué dans un nombre trop important de courants : après avoir soutenu Ségolène Royal jusqu'en 2008, il s'est rangé auprès de Martine Aubry en 2011. En fait, il a pris mercredi une balle perdue : Daniel Vaillant, député de Paris depuis 1988 et ex-maire du 18e arrondissement, veut se reconvertir au palais du Luxembourg. L'ancien ministre de l'Intérieur a toujours du poids ; après moult tractations un peu fastidieuses à énumérer, il a obtenu ce qu'il souhaitait, au détriment d'Assouline. « Le Sénat n'est pas la chambre des retraités de l'Assemblée nationale », a répondu ce dernier, ulcéré.

Jeu de Go géant

D'autres ténors du PS ont fait les frais de ce laisser-aller général. George Pau-Langevin, par exemple. La ministre des Outre-mer a démissionné de son poste de ministre le 30 août pour préparer la campagne législative (elle est députée sortante de Paris). Le lendemain, sur les marchés du 20e arrondissement, elle découvre avec stupeur que des militants sont en train de distribuer des tracts pour une autre candidate socialiste ! C'est Frédérique Calandra, la maire du 20e arrondissement, qui pourrait être la candidate du PS sur cette circonscrition : Solférino la lui aurait offerte pour qu'elle accepte de quitter son siège de maire... Non pas que Frédérique Calandra soit une mauvaise édile, mais tout simplement parce que la Motion B au congrès de Poitiers, celle des frondeurs, veut récupérer la mairie !

François Hollande et Manuel Valls ont aussi leur mot à dire dans ce jeu de Go géant. Boris Vallaud, secrétaire général adjoint de l'Élysée et mari de Najat Valaud-Belkacem, a récupéré la circonscription d'Henri Emmanuelli dans les Landes — un siège de député quasi assuré — et Didier Le Bret, coordinateur national du renseignement et ex-compagnon de Mazarine Pingeot, se lancera en politique sans trop de risques dans la 9e circonscription des Français de l'étranger. Un proche de Manuel Valls, Benjamin Djiane, bénéficie quant à lui d'une place réservée dans la 8e circonscription des Français de l'étranger. Mis devant le fait accomplie, les socialistes locaux ont écrit une lettre ouverte à la direction du parti. Cette circonscription est pourtant quasiment ingagnable. La preuve que même les miettes du gâteau aiguisent les appétits...

http://www.lepoint.fr/politique/electio … 899_20.php



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.097 secondes, 7 interrogations faites ]