Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - Pour ou contre la dépénalisation du cannabis ? - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Oh ben alors ? Ce n'était pourtant pas du tout prévisible, je ne comprends pas...

[article pour abonnés malheureusement]

Le Figaro a écrit:

Salle de shoot: le cri d'alarme des riverains

Bataille rangée, prostitution, saleté… la situation dégénère autour du centre du Xe arrondissement parisien.

C'est «un cri d'alarme» à la suite d'«incidents très graves». Un collectif de riverains de la salle de consommation à moindre risque (SCMR) du Xe  arrondissement de Paris dénonce dans une lettre ouverte les multiples désagréments dont ils sont victimes et évoque une «bataille rangée d'une extrême violence entre deux bandes rivales de toxicomanes et de dealers», survenue le dimanche 26 février, rue Ambroise-Paré.

Du côté de la mairie, on relativise: «Depuis l'ouverture de la salle, en octobre, souligne Stéphane Bribard, conseiller d'arrondissement délégué à la sécurité, c'est le premier moment “un peu de violence”, qui a été très rapidement l'objet d'action, à la fois de la police et de l'association Gaïa qui gère la salle. On espère juste que ça se passera le moins possible et qu'on trouvera des réponses adaptées.»

http://www.lefigaro.fr/actualite-france … erains.php

2

Wahou mais ils sont cinglés au PS, ce n'est pas possible autrement. Ou alors ce sont eux qui consomment des drogues.
Donc il faudrait ouvrir des salles pour chaque type de drogue qui existe ? Des salles de méthamphétamine, tiens, cela pourrait être tentant... Ils n'ont donc que cela à proposer ?
PS : ce n'est pas le sujet du thread mais à défaut d'en trouver un plus adéquat...

Le Figaro - AFP a écrit:

Vaillant (PS) pour une "salle de crack"

Le député-maire du XVIIIe arrondissement, Daniel Vaillant (PS), a suggéré samedi de réfléchir à la création d'une salle de consommation de crack, une fois que la "salle de shoot" de la gare du Nord aura été mise en place.

"Je pense qu'il faut d'abord mettre sur pied la salle de consommation à moindre risque du côté de la gare du Nord. Mais il conviendrait de réfléchir avec les praticiens à l'ouverture d'une salle pour les consommateurs de crack, sous forme expérimentale", a déclaré l'ancien ministre de l'Intérieur, confirmant des propos tenus au Parisien.

Si la salle de consommation censée ouvrir avant l'été gare du Nord n'exclut pas a priori les "crakers", les "médecins et personnels qui seront amenés à surveiller les consommateurs considèrent que le mélange des publics n'est pas souhaitable", croit savoir Vaillant.

Se défendant par avance de tout "laxisme", Daniel Vaillant met en avant la possibilité d'amener les toxicomanes vers un parcours de soin et la tranquillité des riverains, alors que nombre de consommateurs de cracks se concentrent dans le XVIIIe arrondissement, notamment vers la porte de la Chapelle ou dans le quartier de la Goutte-d'Or.

"Consternation"

Le conseiller de Paris UMP Vincent Roger a réagi dans un communiqué en faisant part de sa "consternation". "Une telle proposition est un message grave en direction de la jeunesse, elle est une invitation à lever des interdits qui protègent, elle est un contresens médical", a-t-il protesté.

Proche de Nathalie Kosciusko-Morizet, favorite de la primaire devant désigner le candidat de l'UMP à la mairie de Paris, Vincent Roger a appelé la candidate socialiste Anne Hidalgo a "s'expliquer au plus vite sur la prise de position de Vaillant" et à "dire si elle est solidaire de son collègue socialiste".

Le gouvernement a donné début février son feu vert à l'expérimentation d'une salle de consommation de drogue dans le quartier de la gare du Nord (Xe).

Une "votation populaire" sur l'ouverture de cette salle est organisée demain par le conseiller d'arrondissement UMP Serge Federbusch, opposé au projet.  La participation ne devrait pas être forte.

3

[mode=participation inutile]

Pas du tout ! smile

4

sabaidee a écrit:

Cela ne serait probablement pas plus cher, étant donné que le vendeur n'appliquerait pas la "surtaxe" due à l'illégalité du produit. Ce ne serait pas non plus beaucoup moins cher en témoignent les tarifs des coffee shop néerlandais (entre 10 et 30 € le gramme).

Par contre, la qualité du produit serait plus constante et on éviterait que les plus jeunes ne fument des shit dégueus coupés au henné ou autre adjuvants.

[mode=participation inutile]C'est pas plutôt 40/50e le douze grammes ?[/mode]

30e le gramme je trouve ça hors de prix perso.

Edit, ouais c'est bien ce qu'il me semblait, entre 4,5 à 7€ le gramme selon la provenance et l'honnêteté du dealer qui fait des prix d'ami.

5

Entre 10 et 30 euros le gramme dans un coffeeshop ? A moins que les prix aient doublé depuis il y a deux-trois ans, ça me paraît improbable.
Tiens, je me demande quelle est la rigueur des contrôles sanitaires des coffeeshops en Hollande, pour vérifier que le produit n'est pas coupé. Et je me demande aussi si leur résine est fabriquée sur place.

Sérieusement Bouh, entre la daube fournie par les dealers (même les réputés) et un truc récupéré en Hollande, il n'y a pas photo, et rien qu'à prix égal, le dealer il fait faillite.

6

Bouh a écrit:

Ta proposition ne ferait pas disparaître l'économie souterraine : - pourquoi accepter de payer plus cher ?

Cela ne serait probablement pas plus cher, étant donné que le vendeur n'appliquerait pas la "surtaxe" due à l'illégalité du produit. Ce ne serait pas non plus beaucoup moins cher en témoignent les tarifs des coffee shop néerlandais (entre 10 et 30 € le gramme).

Par contre, la qualité du produit serait plus constante et on éviterait que les plus jeunes ne fument des shit dégueus coupés au henné ou autre adjuvants.

Bouh a écrit:

- pourquoi accepter un produit procurant moins de sensations ?

L'amélioration de la qualité du produit ne nuirait en rien aux sensations et l'impact sanitaire serait plus faible.

Bouh a écrit:

La légalisation ne va pas assêcher du jour au lendemain les sources de ton dealer, qui continuera à te proposer le même produit qu'avant, moins cher et plus kiffant que le produit Altadis. Remet-toi dans la peau de tes 18 ans, que fais-tu ?

Si la qualité est au rendez-vous, s'il n'y a plus besoin d'aller dans des lieux un peu glauques pour obtenir un shit de mauvaise qualité, je crois sincèrement que le trafic serait asséché. Sans compter le revenu d'appoint pour des producteurs qui seraient autorisés à fournir les débitants de cannabis.

Bouh a écrit:

Sans compter des débats sans fin et un peu malsains : par exemple, quelle est la bonne dose de THC maximum à autoriser ?

Bof, un panaché fait 1,5% d'alcool, un whisky 40%, cela change-t-il grand chose?

7

OneAgain a écrit:

L'idée de vendre ça en pharmacie ou ailleurs, avec une forte taxation et avec un contrôle par des organismes agréés me paraît être un moyen de mettre un terme à l'économie souterraine, au drug dealisme et de garantir un produit contrôlé et disons "moins nocif".

Ta proposition ne ferait pas disparaître l'économie souterraine :

- pourquoi accepter de payer plus cher ?

- pourquoi accepter un produit procurant moins de sensations ?

La légalisation ne va pas assêcher du jour au lendemain les sources de ton dealer, qui continuera à te proposer le même produit qu'avant, moins cher et plus kiffant que le produit Altadis. Remet-toi dans la peau de tes 18 ans, que fais-tu ?

Sans compter des débats sans fin et un peu malsains : par exemple, quelle est la bonne dose de THC maximum à autoriser ?

8

OneAgain a écrit:

Je comprends Hollande qui ne veut pas donner un mauvais signal, car dépénaliser, c'est implicitement et potentiellement, inciter

Et encore... Aux Pays-Bas, la création des coffee-shops n'a pas fait exploser la consommation de cannabis et surtout l'idée étaient de séparer le trafic de drogues douces du trafic de drogues dures.

Clairement la loi de 1970 n'est plus applicable, elle est caduque à partir du moment où 8 millions et quelques de Français qui ont déjà fumé du cannabis ne peuvent plus être poursuivis.

D'ailleurs de plus en plus de pays en Europe, mais aussi certains Etats américains, assouplissent leur législation, voire même légalisent l'usage du cannabis.

Le problème le plus fondamental de la légalisation c'est qu'elle risque plutôt d'avoir un impact sur l'économie d'un bon nombre de quartiers sensibles qui vivent en grande partie du deal.

Le figaro a écrit:

La lutte antidrogue réserve des surprises en banlieue. À mesure que la pression policière contre les trafics s'accentue, les offices HLM rencontreraient des difficultés à encaisser les loyers dans les quartiers sensibles. Comme si les liquidités ne circulaient plus comme avant chez certains locataires. Le phénomène aurait notamment été observé en Seine-Saint-Denis. (...)

Un haut fonctionnaire à la préfecture évoque même une baisse des encaissements de loyers de 40% sur certains groupes d'immeubles de La Courneuve, particulièrement ciblée par les opérations de police. (...]

«Dans les banlieues les plus sensibles, la part des paiements en cash a pris des proportions considérables», affirme un officier de police affecté aux enquêtes financières. Une grande surface jouxtant l'une des cités les plus remuantes du «9-3» a ainsi révélé aux autorités que 80% des achats de sa clientèle sont réalisés en espèces, alors que la moyenne nationale pour cette enseigne est de 80% d'achats par chèques ou cartes.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france … loyers.php

Pour ces raisons, je pense qu'on est pas prêt de dépénaliser, même si la culture de cannabis chez soi à la campagne ou en ville explose.

9

Je fais remonter ce fil sur lequel je suis tombé en faisant une petite recherche car le débat a été remis sur la table par Duflot puis Baylet.

Je précise tout de suite que je ne fume pas de joints.

Cependant, je suis assez convaincu par l'argument de la lutte contre l'économie souterraine et de la santé publique.

L'idée de vendre ça en pharmacie ou ailleurs, avec une forte taxation et avec un contrôle par des organismes agréés me paraît être un moyen de mettre un terme à l'économie souterraine, au drug dealisme et de garantir un produit contrôlé et disons "moins nocif".

A l'arrivée, l'économie française réintègrerait dans se bilans une grosse partie de l'économie souterraine, l'Etat en tirerait des recettes non négligeables, les produits seraient plus contrôlés.

Je comprends Hollande qui ne veut pas donner un mauvais signal, car dépénaliser, c'est implicitement et potentiellement, inciter, mais vu que la lutte contre le trafic est un échec, coute cher, alors qu'on pourrait justement en tirer des revenus et même créer des emplois, alors oui, je pense qu'il faudrait avancer dans la réflexion sur ce sujet.

En fait, ça me paraît être une question d'intelligence. Aujourd'hui, on a un système hérité d'il y a 40 ans. On voulait désinciter à la consommation et lutter contre le trafic. Le résultat s'est révélé inverse : le trafic est au plus haut (avec toute la criminalité collatérale qu'il implique), la consommation aussi, la qualité médiocre, l'économie informelle fait sortir du bilan une bonne partie des recettes de ce trafic et pire, il peut aller alimenter des régimes étrangers qui profitent de la prohibition pour sur-marger, vendre de la merde (c'est le cas de le dire) et éventuellement financer des groupes terroristes.

La prohibition du cannabis me paraît être un cas d'école des conséquences d'une mauvaise régulation d'un marché. C'est de l'économie de la régulation couplée avec de l'économie de la santé.

J'ajoute pour finir qu'en dépénalisant le canabis,on permettrait de réallouer les fonctionnaires de police chargés de la lutte contre le trafic de drogue sur les drogues vraiment dangereuses, cocaine, extasy et autres "salt bath cannibalisantes"...

10

*Fragrance* a écrit:

Hors du débat public, la plupart des consommateurs réguliers te confiera que la beuh rend con et amorphe. Je m'étonne que tu n'évoques pas les aspects civilisationnels.

Je trouve que ça dépend: la "laughing buddha" par exemple crée des crises de rires.

Plus sérieusement, tu as peut être raison, mais l'argument de la nocivité du cannabis ne me semble pas tenir fasse aux effets délétères de l'alcoolisme ou de la consommation quotidienne d'antidépresseurs. Tout réside dans la modération: l'argent consacré à la répression ne serait-il pas mieux employés à lutter contre la dépendance de certains des consommateurs, car tous ne deviennent pas cannabo-dépendants, loin de là!

Sur les effets réels du cannabis, ils ne sont pas tous explorés: j'avais lu un article expliquant qu'en matière de conduite par exemple, après consommation, les conducteurs se révélaient parfois plus concentrés que ceux qui n'avaient rien consommés (et surtout ceux qui avaient bu).

11

sabaidee a écrit:

En fait, la seule raison que l'on a de ne pas dépénaliser: c'est que dépénaliser c'est couper la quasi-totalité des "quartiers" de leur source majeure de ressources pécuniaires et d'insertion dans l'économie nationale.

Hors du débat public, la plupart des consommateurs réguliers te confiera que la beuh rend con et amorphe. Je m'étonne que tu n'évoques pas les aspects civilisationnels.

12

Keitaro a écrit:

Mais le cannabis l'est intrinsèquement , beaucoup plus .

Non.

Le Figaro (!) a écrit:

L'alcool est plus nocif que certaines drogues illégales comme l'héroïne ou le crack si l'on tient compte de ses effets autant sur les individus que sur l'ensemble de la société, a indiqué une étude publiée aujourd'hui par la revue médicale britannique The Lancet.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/ … -crack.php
http://www.thelancet.com/journals/lance … 6/fulltext

Keitaro a écrit:

Etonnante France ; qu'aurait dit Durkheim et tant d'autres face à une France qui se complait dans la déprime et ne se donne comme solution que le prozac et le shit ...
Alors que pourtant que ce soit au niveau idh , économique et j'en passe , on est pas malheureux...

"Le Français est un italien qui serait de mauvaise humeur" Cocteau

Juste en passant, la France est championne du monde de la consommation d'antidépresseur et parmi les premières en Europe pour le cannabis et la coke, ce, malgré la prohibition et l'une de lois les plus répressives d'Europe.

Keitaro a écrit:

D'autre part , le travail et la formation même si ils sont moins lucratifs , couperont l'herbe sous le pied à l'expansion du nombre de trafiquants .

http://nostaljg.hautetfort.com/media/02/00/870376986.jpg

Keitaro a écrit:

D'une part , il ne gagne pas tant que ça , in fine .

Comme dans toute organisation (armée, société...), les individus espèrent monter en grade: tu crois qu'ils se canardent pourquoi à Sevran, pour le plaisir de s’entre-tuer?

13

Putain les coffee se font une marge de fou


edit : lol le cannabis n'est pas si addictif, bien moins que tout ce qui est alcool et tabac et tout. je sais que je suis plus accro aux jv qu'à l'herbe

14

D'une part , il ne gagne pas tant que ça , in fine .
D'autre part , le travail et la formation même si ils sont moins lucratifs , couperont l'herbe sous le pied à l'expansion du nombre de trafiquants .
Pourquoi la très grande majorité des trafiquants sont des garçons et pas des filles ? Les filles se donnent plus de mal à l'école et au travail , ce qui les éloignent des métiers lucratifs que sont la drogue.

Trop fort d'utiliser l'argument de la santé publique !
Mais au moins , je t'accorde qu'au moins tu t'en fous pas ! ( j'ai entendu certains pro dire qu'ils s'en foutaient ce qui m'avait mis hors de moi)

La coke ( et d'autres drogues aussi)  c'est rarement de la pure , elle est très souvent coupée … Il faut monter une régie d'état pour avoir des vrais drogues pas de la fake !….

Etonnante France ; qu'aurait dit Durkheim et tant d'autres face à une France qui se complait dans la déprime et ne se donne comme solution que le prozac et le shit ...
Alors que pourtant que ce soit au niveau idh , économique et j'en passe , on est pas malheureux...

Suis d'accord pr l'effet addictif de toutes choses . C'est d'ailleurs assez cocasse certaines addictions .
Mais le cannabis l'est intrinsèquement , beaucoup plus .

Est ce à dire que l'Etat n'aurait pas du autoriser  l'alcool ou le tabac ? Ou ne pas les taxer ?

Il faut des limites et des repères , rester dans le relativisme : en disant pourquoi pas à tout et en laissant s'installer toujours plus de laisser faire , de permissivité , c'est pas très prometteur .

La France dans 10 ans tous shooté au shit et sans électricité ( ou diablement plus cher ) grâce à l'arrêt du nucléaire , ce sera cocasse …

15

Broz a écrit:

Je sais pas dans quelle mesure la marge qu'ils se font est énorme et si tu sais quoi que ce soit là dessus ça m'intéresse (je compte ouvrir une filiale, et...). Certains vendeurs sont des escrocs qui te vendent de la merde, ET EN PLUS ils essaient de te baiser sur les quantités, mais je suis pas sûr que ça rapporte tant que ça parce que beaucoup d'acheteurs ne sont pas totalement des gogos. Et je sais que beaucoup ne produisent pas sur place, puisqu'une de mes connaissances s'est fait gauler dans un go fast où il transportait de quoi alimenter tout un quartier de Lille.

Il y aurait entre 689 et 1 504 semi-grossistes de cannabis selon ce scénario, chacun ayant une dizaine d’intermédiaires (de clients). Leur gain individuel varie de 253 000 à 552 000 euros pour des volumes annuels de cannabis distribués allant de 132 à 308 kilos.

Les premiers intermédiaires sont au nombre de 6 000 à 13 000. Ils distribuent chacun de 16 à 35 kilos de cannabis par an pour un gain compris entre 35 000 et 76 000 euros. Ils auraient aussi une dizaine de clients.

Enfin les derniers intermédiaires (3ème et 4ème niveau) gagneraient entre 4 500 et 10 000 euros par an et seraient entre de 58 000 à 127 000. Ils auraient entre 3 et 8 clients chacun mais ne distribueraient pas plus de 3,5 kilos de cannabis par an.

Christian BEN LAKHDAR, Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/Rappo … nnabis.pdf



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.097 secondes, 7 interrogations faites ]